dimanche 17 octobre 2021

Une brochette de 4 pilotes à Clécy

La météo nous annonçait du vent de Sud Ouest depuis longtemps pour le site de Clécy pour ce weekend. Au fil des jours les bulletins météos ont viré au Sud Est, ne laissant en Sud que l'après midi du dimanche.

Trois d'entre nous profitent d'une étape au gîte normand du club, pour arriver bien frais et dispo sur le site le dimanche matin, avec un taux d'hydratation parfait grâce à différents breuvages normands.

 

Nous arrivons vers 11 heures au décollage Sud, c'est le bon moment pour faire quelques gonflages.


De retour d'un vol matinal très mouvementé du fait de la composante Est excessive du vent, El Presidente se livre à une drôle de gestuelle pour plier son aile : est-il mentalement en train de réviser sa frontale, est-ce l'effet à retardement du Calvados...


C'est l'heure d'un solide pique nique.


Le vent se réoriente plus Sud et le soleil est au rendez vous, les premiers pilotes commencent à tenir, oui mais là c'est à Millau où sévit un autre pilote du club.


Chacun pourra voler à satiété parmi un essaim d'une trentaine de parapentes comme en témoigne la trace GPS ci dessous. la Gracchio, la Base 2 et les 2 Arcus RS pourront se croiser et se poursuivre de nombreuses fois.

A la fin de notre vol l'après midi est validée et l'essaim de voiles devant le décollage ne s'est pas encore dissipé


voilà les 4 participants


et la réunion de conclusion de la sortie


Voici la vidéo de la journée, heureusement pour le montage, seuls deux d'entre nous avaient utilisé leur caméra sport et il n'y avait donc que 3 heures de rushes

dimanche 10 octobre 2021

La Landelle, ça me dit aussi

Suite à notre sortie du vendredi 9 qui passait entre autre par le site de La Landelle, trois  pilotes du club ont profité des bonnes conditions sur ce site le lendemain.

Un samedi de grand soleil d'Octobre cela attire beaucoup de monde. Louis arrive le premier sur le site.Comme il a étalé sa voile de djeuns déjà la veille, le jour même et qu'il reviendra le lendemain, il n'est plus possible de dire avec certitude quand la photo a été prise.

Le vent n'est pas si généreux, Louis fait deux vols avec deux remontées à pied depuis l'atterro du bas par le petit raidillon casse pattes. 

Gérard doit se démener de longues minutes devant le décollage pour prolonger son vol.

Octave vole pour la première fois avec sa nouvelle voile


l'essai semble plutôt satisfaisant

Sur les 3 vols, deux vols amusants pour tester la voile et un vol prolongé

Ci dessous le profil d'altitude du vol le plus long et avec posé au sommet. La Base 2 s'est bien comportée, restant suffisamment maniable malgré une plus grande inertie

OP+GL


vendredi 8 octobre 2021

Une belle journée

Un beau début de journée pour ce paramoteur antique, avec sa magnifique tripale en matériau composite de fabrication artisanale. Contrairement à ce que la photo laisse à penser, les pales sont disposées à 120°. Le JPX a bien démarré et semble en pleine forme malgré une longue période d'inactivité


Malheureusement, du fait de la maladresse du pilote à négocier un départ dos voile par vent faible, la tripale volera en éclat, endommageant la cage du paramoteur. Aucune bête n'a été blessée, seul une blessure d'amour-propre à soigner pour le pilote. Il faudra trouver aussi un lieu d'accueil pour le paramoteur meurtri qui mériterait de séjourner au musée de l'Air et de l'Espace.

Sur la suite de cette journée, 2 vols matinaux de fin de matinée ont eu lieu à La Landelle par vent léger avec une Tsampa et une Symphonie. L'idée pour le second vol était d'utiliser l'Arcus, plus adaptée au surcroît de vent. Mais l'aile ayant été remuée dans la voiture et transportée sans beaucoup de soin, il fallu procéder à un long et pénible démêlage de suspentes. Deux pilotes acceptèrent de retarder leur décollage pour réduire la gravité du problème mais abandonnèrent bien avant la conclusion complète. les A, les B, les C de l'élévateurs droits furent dé-suspentés et démêlés. Ce n'est qu'avec l'aide d'un troisième pilote, horrifié de notre méthode (mais qui n'avait pas vu le sac de nœuds de départ), que la solution fut trouvée avec le dé-suspentage des arrière. L'avantage pour nous fut d'avoir une occupation pendant une heure avant que le vent faiblisse un peu, nous permettant un sympathique second vol. Aucun paparazzi n'a pris de photos ou de vidéos de cette épisode, la véracité nos vols ne tient  qu'à deux traces GPS.

En fin d'après midi, eu lieu le déballage et l'essai au gonflage d'une magnifique nouvelle voile, son propriétaire ne devra pas oublier la coutume d'offrir une tournée générale pour célébrer l'heureux événement



Tout ceci sauf les vols à la Landelle, se retrouve dans cette courte vidéo

samedi 25 septembre 2021

Deux heures de vol à la Roquette

En fait nous avions rêvé de bons et long vols sur le site de la Roquette, mais à notre arrivée vers 15h, le vent n'était pas au rendez vous et de nombreux pilotes patientaient.



Parmi les tous premiers vols, un biplace avec du matériel très léger (remontée à pied à deux reprises, en vue de la participation prochaine à une épreuve de marche et vol dans les Alpes)

Puis tard dans l'après midi, quelques autres pilotes, dont moi, ce qui me permettra d'aérer ma Tsampa, choisie pour les faibles conditions du jour.


Cela fait longtemps que je n'ai pas rencontré une telle proportion de deltistes. Au moins 5 pilotes se revendiquaient de pratiquer ou d'avoir pratiqué le delta. Le pilote ci dessous réserve toujours, parmi sa collection d'ailes plus ou moins affûtées, son Atlas sur les sites arborant un terrain d'atterrissage court. 



La courte vidéo est là, vous ne verrez pas beaucoup de séquences de vol, le cameraman, dans sa hâte de faire un long et beau vol de 2 minutes, a raté les occasions de filmer les rares décollages.


BdlB

mercredi 15 septembre 2021

le DPCNP à la 48ème coupe Icare

Une 48 eme édition de la coupe Icare, à petit effectif et avec des activités réduites, c'est toutefois infiniment mieux que la 47 eme édition.

La météo nous annonçait une pluviométrie prononcée sur une partie du séjour. Les précipitations n'ont pas réussi à transformer les parkings et les chemins en un gigantesque bourbier.


Le vendredi et le samedi ont été plutôt agréables 


Nous étions quelques représentant du club présents entre par nécessité commerciale pour deux entreprises mondialement appréciées, ici lors de la  préparation des stands

et par envie de voler (une belle organisation aux décollages Est et Sud, des consignes de sécurité étaient dispensées, s'accompagnant d'un pass autocollant) 


pour tester du matériel, faire de belles rencontres ou de profiter des animations (une déception toutefois sur le programme de projection des films)


Du fait de l'absence des démonstrations aériennes, les pilotes ont eu plus de liberté pour voler, donnant lieu à de beaux essaims de parapentes en l'air, et de pilotes désagréablement surpris par la rareté des bus à l'atterrissage (on pouvait opter pour l'autostop à condition de ne pas se poser sur la route des Terrasses, interdite à la montée aux véhicules particuliers pendant la coupe)


Un ultra léger motorisé qui demandait plus de soin que nos modèles actuels : au dire de l'association qui a effectué une magnifique restauration de cet exemplaire de Bréguet XI, il en coûtait presque autant d'huile que d'essence pour faire fonctionner une petite heure le tri-cylindre dans un nuage d'huile avant de devoir faire une réfection complète du moteur.


Voici enfin quelques images animées de ces 4 jours

Bdlb



samedi 4 septembre 2021

2 pilotes normands du club à Vierville

La météo de ce début d'été, enfin plutôt de début septembre, est vraiment changeante. Quelques jours auparavant j'avais espéré pouvoir profiter de vent de nord est à Tracy sur mer, mais les prévisions changeaient et j'étais parti sur d'autres activités.

Un message de Laurent à 7h30 du matin proposait de se retrouver en début d'après midi à Vierville sur mer. Après avoir repris un second café, regardé le topo du site que je ne connaissais pas et vérifié la météo, j'acceptais bien volontiers la proposition.


En arrivant sur place cela fait vraiment plaisir de voir que cela vole déjà


A mon arrivée vers 14h, un premier vol avait déjà été effectué et le pique nique était presque terminé


Une photo des 2 pilotes pour être bien sûr que nous sommes là


Et une sélection des photos des évolutions en vol



Une fréquentation raisonnable (15-20 ailes en l'air en même temps), aucun refus de priorité, mais cela fait du bien d'aller voler un peu plus loin en direction de la pointe du Hoc.



Et c'est le posé du  premier pilote

la vidéo est là 

BdlB

mercredi 16 juin 2021

La première AG du club par visio

Et on espère bien la dernière, le repas de l'AG étant un événement majeur de la vie du club.

Par rapport à 2020, et à partir des 11 licenciés de 2020, un pilote ayant cessé toute activité et deux reprenant après une interruption plus ou moins longue, nous arrivons à 12 licenciés en 2020.

Compte tenu des mesures sanitaires liées au Covid, la tenue de l'AG a été repoussée de semaine en semaine. Dès fin mars, Il avait envisagé à plusieurs reprises la tenue de l'AG sur un weekend dans le Calvados, avec des vols sur un ou 2 jours et la tenue de l'AG en présentiel entre les pilotes ayant pu faire le déplacement, complétée par une visio conférence pour les autres. Aucun weekend possible n'ayant été identifié, c'est finalement une visio zoom qui a été organisée, avec un vote préalable pour les résolutions pour les quelques membres du club ne pouvant participer.

La photo ci dessous atteste de la participation de 5 membres pendant la visio (on culminera à 6 vers la fin). Chacun des participants a eu à cœur de remplir un verre devant son ordinateur ou son smartphone pour trinquer et tenter de rendre la réunion plus cordiale.


Et voici le compte rendu officiel de l'AG



mercredi 2 juin 2021

sortie approximative de club

Cette sortie en Ardèche et dans le Grésivaudan, est qualifiée d'approximative parce que bien souvent au cours de la sortie, nous avons eu recours à la logique floue:


Tout d'abord, la consultation de la météo aurait dû nous inciter à rester chez nous, ce ne fut pas le cas.

Ensuite quoi de mieux pour les membres d'un groupe de se rendre sur plusieurs lieux différents, et pas tous en même temps :

Alex est parti dans les Alpes du Sud et vole 2 heures sur le petit site de Banon près de Manosque puis le lendemain à Bergiès où il monte à pied et vole à nouveau 2 heures.


Pour les parisiens, le point de ralliement est en Ardèche en suivant la proposition amicale de Philippe qui nous invite chez lui pour attendre que la météo nous désigne la meilleure zône volable.

Le trajet se fait depuis la région parisienne le samedi en dissertant sur les meilleurs véhicules qui nous ont amené avec notre matériel sur les sites de vol. Ci dessous, match Nevada contre Rifter 


En Ardèche, la logique floue nous fait suivre plusieurs Dacia Duster, tous n'appartenant pas à Philippe,  mais circonstance atténuante, le Duster équipe efficacement la moitié des ardéchois.

Nous volons sur le site de Serre de Barre puis le lendemain à Saint Sébastien, en ayant soin de nous hydrater. Ici la terrasse privée chez René qui permet d'adopter facilement la demi-jauge.


Ce souci d'hydratation sera constant pendant tout le séjour. Ici le breuvage qui a permis de dispenser les deux doses de vaccin à l'ensemble des volants de la sortie.



Le lendemain c'est le dernier jour en Ardèche et Alex nous a rejoint, ce qui est important puisqu'il a été le seul du groupe à pouvoir braver les conditions fortes de vent. La moquette du site du Mont Bouquet est magnifique aussi bien au décollage sud qu'au décollage est.

Nous profitons de la dernière après midi en Ardèche pour nous promener dans les gorges du Chassezac.

Puis nous voilà pour les 5 jours suivant, installés à Saint Hilaire en face de la chaîne de Belledone

Avec des couchers de soleil et lever de lune au choix sur Belledone


sur le Mont blanc,


Ou sur les Grandes Rousses.

les 5 jours à Saint Hilaire seront parfaitement volables, avec la précaution de s'hydrater suffisamment

 

 

Le but quotidien a été bien sûr d'aller gratter la dent (la Dent de Crolles). Certains l'ont réussi même plusieurs fois dans le séjour, d'autres se sont contentés de la gencive. On a tous volé souvent et longuement.



Yannick de passage à Saint Hilaire pour nous rencontrer, en a profiter pour aérer sa vieille Tepee sur la pente école


Malgré les nombreuses période de vent latéral ou arrière sur le décollage sud, chacun d'entre nous aura volé de nombreuses fois, jusqu'à trois vols par jour, totalisé pour certains une bonne douzaine d'heure de vol,

et s'étant posé près du décollage ou dans la vallée en trouvant à chaque fois le moyen de refaire les niveaux 



La vidéo de nos exploits est là